LA TAILLE MÉCANIQUE PRÉCISE EN CORDON UNILATÉRAL LIBRE

La Taille Mécanique Précise est un système de taille mécanisée qui repose sur un cordon placé en hauteur. Monté manuellement pendant deux à trois ans de taille de formation, jusqu’à la mise en place d’un cordon qui est ensuite taillé avec un outil de taille mécanique précise.

En modifiant la répartition des bourgeons, ce type de taille influence le nombre de grappes, leur taille, et le rapport pellicule/pulpe.

Il est donc particulièrement adapté pour un objectif de production de hauts rendements qualitatifs. Il bénéficie d’atouts majeurs comme l’optimisation de la mécanisation, des charges de production et améliore la longévité du vignoble.

Quels sont les travaux de taille associés à une Taille Mécanique Précise en Cordon Unilatéral Libre ?

Le nombre de bourgeons :

Avec ce type de taille, la charge en bourgeons se situe autour de 50 à 80 bourgeons par mètre. La charge en bourgeons est maîtrisée tout en conservant une constance haute et un équilibre du niveau de production. Comparons ce type de taille aux autres :

  • Guyot / Cordon de Royat : 15 bourgeons/m maximum
  • Taille en haie : 200 à 400 bourgeons/m
  • Taille minimale : > 500 bourgeons/m

Nota bene : La quantité de bourgeons propre à chaque système est due au degré de mécanisation de la taille, aux travaux de reprise manuelle et à leurs objectifs de production.

Quelle machine pour tailler ?

Les machines de taille coupent les sarments à l’horizontal et latéralement, à distance du cordon mis en place. Elles ont pour but de limiter la reprise manuelle au strict minimum. Il est important de choisir la machine en fonction :

  • du coût de l’outil
  • du confort du travail
  • de l’efficacité de la taille (précision et vitesse)

Exemple :

La TMPCL est adaptée à un V.I.E. car elle est plus efficiente lorsque le vignoble est conduit de manière à faciliter la mécanisation : alignement des pieds, rigidité du plan de palissage, présence ou non de fils, …

En Taille Mécanique Précise en Cordon Unilatéral Libre, il est important de tailler à deux yeux, afin d’obtenir la charge en bourgeons souhaitée. Le module de taille mécanique doit donc être net et précis.

La reprise manuelle :

La taille mécanisée nécessite une intervention manuelle. A pied ou embarquée sur passerelle, elle favorise l’entretien du cordon. Seulement 10 à 15h/ha de travail sont nécessaires pour cette activité. L’objectif est de maitriser la charge en bourgeons et le vieillissement du cordon en sélectionnant correctement les bois pour l’année, en éliminant tous les rameaux du bas et le vieux bois.

Lorsque la main d’œuvre est embarquée, il est conseillé de l’équiper d’un sécateur pneumatique. A une vitesse d’avancement constante de 1km/h, les coupes sont plus rapides qu’un sécateur électrique.

Quel comportement face aux maladies du bois ?

Ce système de taille inflige moins de plaies de tailles sur le ceps et les vieux bois qu’un système de taille dit classique. Les entrées profiteuses aux maladies fongiques en sont considérablement réduites, puisqu’il est question de tailler un bois jeune. Cette taille est un moyen de prophylaxie contre les maladies du bois et d’assurer la pérennité du vignoble.

Pourquoi un cordon unilatéral ?

Après des millénaires de sélection humaine, les variétés issues de l’espèce Vitis vinifera possèdent des caractéristiques agronomiques et œnologiques intéressantes, mais ne sont pas résistantes au mildiou et à l’oïdium. Au contraire, d’autres espèces sauvages de Vitis d’origine américaine (V. riparia, V. rupestris, V. aestivalis, V. cinerea, …) ou asiatique (V. amurensis, V. coignetiae, …) ainsi que le sous-genre Muscadinia (origine américaine) portent des résistances naturelles à ces pathogènes. Le but de la création variétale de cépages résistants consiste à insérer les caractères de résistance des vignes américaines et asiatiques dans le fond génétique des vignes européennes.

La mise en place d’un cordon unilatéral permet :

  • d’optimiser la surface foliaire exploitée sur le rang
  • d’augmenter la résistance du plan de palissage (chevauchement des sarments)
  • de facilité la mécanisation, dans la mise en place du sens du cordon

L’ébourgeonnage supprime les rameaux partants en bas du fil. Dans le cas du cordon bilatéral, ce travail en vert supprime donc une partie de la surface foliaire qui ne sera pas remplacée, et représente une surface non ou mal exploitée.

Pour un modèle de cordon unilatéral, le sarment voisin chevauche la surface ébourgeonnée. Il n’y a pas de perte de surface foliaire après un passage d’ébourgeonnage.

Dans quel sens établir le cordon ?

Le sens d’établissement du cordon doit prendre en compte la mécanisation de la taille et le sens dans lequel la machine taille la vigne.

Il est primordial de positionner le cordon toujours dans le même sens sur le rang entier et d’alterner le sens du cordon selon les passages de la machine.

Dans le cas de la TMPCL, tailler à contre-sens donne un résultat de coupe plus nette. Cependant, ce sens de travail peut présenter le risque d’arracher certains rameaux dans l’action mécanique.

Si le travail dans le sens du cordon est moins « violent » pour la vigne, les rameaux peuvent se plier dans le sens de l’avancement et ainsi échapper aux couteaux de coupe. La reprise à la main est alors plus longue.

Quels changements en saison estivale ?

Le rognage :

Il faut privilégier un rognage précoce, avant floraison. Ce choix favorise un départ plus rapide, un port plus érigé du système végétatif et maximise la surface foliaire très tôt dans la saison. L’objectif est d’enclencher un départ rapide des entre-cœurs pour maximiser cette surface.

Le rognage est ensuite une action d’entretien afin de faciliter les travaux mécanisés. Il dépendra donc de la tenue du cépage : port érigé ou retombant, vigueur en place. Il faut pouvoir s’adapter et réagir en conséquence. Deux à trois rognages par cycle sont nécessaires avec la TMPCL.

Cette maîtrise de la végétation va fortement influencer l’entassement végétatif qui dépend :

  • Du nombre de grappes (en fonction du nombre de bourgeons laissés à la taille)
  • De la taille des entre-nœuds
  • Du palissage en place

Néanmoins, une réduction abrupte de la surface foliaire n’est pas conseillée avec cette taille, étant donné que la haute charge entraîne un retard de maturité de quelques jours. Il est important de respecter un rapport feuille/fruit minimal.

Les traitements :

Il faut adapter ses pratiques de pulvérisation. Le profil de la haie de végétation n’est pas le même que sur des systèmes dit plus classiques. Les grappes ne sont pas toute situées sur le même axe, la distance d’inter-rang (2.5 mètre) est particulièrement grande pour le volume végétatif que représente ce modèle de conduite.

Il faut donc adapter ou réajuster l’orientation des diffuseurs et sa vitesse de traitement pour plus d’efficacité.

Quel est le plan de palissage à adopter ?

Libre :

Le plan de palissage mis en place sur un V.I.E. est libre. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de fils releveurs. Aucun palissage n’est effectué durant la saison estivale pour diminuer le coût des charges à la production.

De plus, sans piquet intermédiaire dépassant de ce plan, les actions de taille et de rognage sont facilitées et ne nécessitent aucun palpeur sur les outils embarqués, le travail aux abords des piquets n’est plus un problème à la reprise manuelle.

Non libre :

Le choix d’implanter un fil de palissage haut doit prendre en compte :

  • Le cépage :
    • La fertilité des yeux,
    • Son port naturel (tombant ou érigé),
  • La sensibilité de la parcelle au vent :
    • Son orientation (prise au vent),
    • Rigidité du plan de palissage,
    • Résistance du cépage,
    • Hauteur du cep, …
  • Du coût que cela représente :
    • Main d’œuvre pour le relevage des fils,
    • Reprise à la main,
    • Outil avec effacement.

CONTACT

Share This