PREPARATION DE LA PLANTATION : COMMENT RAISONNER LES AMENDEMENTS DE FOND ?

On distingue trois types d’apport avant une plantation. Tous doivent se faire sur le raisonnement d’une analyse de sol afin de prodiguer un apport raisonné. Les conséquences d’un apport non adapté peuvent être un amendement insuffisant, du gaspillage ou des risques de déséquilibrer le sol et son bon fonctionnement.

Quels objectifs pour un amendement calcaire ?

Le chaulage de redressement a pour but de redresser le pH d’un sol fortement acide par des apports en quantité importante. Les sols acides entraînent des incidents végétatifs, traduits par des mauvaises reprises à la plantation ou des phénomènes de carences minérales ou de toxicité. La correction par le chaulage doit se faire sur des sols au pH en eau inférieur à 6.

Quels produits peut-on utiliser pour chauler ?

Deux formes d’amendement calcaire sont utilisées pour le chaulage :

  • La chaux cuite issue d’une calcination : chaux vive, chaux éteinte (CaO ou MgO). La chaux est plus soluble et son action sur le sol est rapide.
  • Les produits crus, comme les carbonates de calcium (CaCO3) ou les carbonates magnésiens (MgCO3) d’origine naturelle, moins chers que la chaux, seulement leur action est plus lente et souvent moins concentrée en oxyde de calcium (CaO). (Craie, marne, roche calcaire, dolomie, écume)

Quels sont les critères de choix du chaulage ?

La valeur neutralisante (VN) est la capacité potentielle d’un amendement basique à neutraliser l’acidité du sol. Elle ne renseigne pas sur la rapidité d’action du produit mais sur sa force d’action à redresser le pH. Elle est fonction des teneurs en CaO et MgO. A VN équivalente, les amendements basiques qu’ils soient cuits ou crus, fins ou grossiers, ont la même capacité de neutralisation de l’acidité du sol, quel que soit le pH du sol. C’est en fait le délai de neutralisation de l’acidité qui varie entre produits, selon leur vitesse d’action.

1 CaO = 1 VN             1 MgO = 1.4 VN

Exemples :      Le calcaire à 54% de CaO présente un VN à 54

                        La dolomie à 33% de CaO et 18% de MgO présente un VN à 58

La finesse est utilisée pour les produits crus uniquement. Celle-ci informe sur la rapidité d’action que l’on désire appliquer. Des éléments fins seront faciles à dégrader, tandis que des éléments plus grossiers auront une vitesse d’action bien plus lente. L’acidité du sol joue un rôle sur cette dégradation, plus un sol est acide, plus les éléments s’y dégraderont lentement.

La solubilité carbonique caractérise la rapidité d’action des produits crus. Elle se définit en fonction de la finesse, et de la nature du produit d’origine. On distingue trois seuils :

  • > 50 : rapide
  • 20 ~ 50 : modérée
  • < 20 : lente

Quel est le besoin du sol en valeur neutralisante (VN) ?

La VN constitue la base de calcul de la dose à apporter à l’hectare. Afin de la calculer il est nécessaire de connaître  les trois indicateurs du statut acido-basique du sol :

  • Le pH eau : il permet de mesurer l’acidité du sol.
  • Le taux de saturation (S/CEC) : l’acidification du sol se traduit par une perte des cations échangeables (Ca2+, Mg2+, K+, Na+) du complexe d’échange et leur remplacement progressif par les ions H+ et AI3+. Le taux de saturation (rapport cations échangeables/CEC Metson) permet d’évaluer cette acidification
  • Le pouvoir tampon : c’est la faculté du sol à modérer les variation de pH..

Principe du raisonnement de l’amendement

 

A partir des résultats de l’analyse de sol, voici un exemple de calcul :

  • Masse de terre fine / ha : 2250 kg  (0.15 cm de terre fine * 1.5 de densité * 10 000m²)
  • S/CEC = 70% (Taux de saturation de la CEC)
  • CEC = 10 meq/100g
  • Coefficient CaO : 0.28

A un S/CEC de 70%, un redressement de 10% est nécéssaire pour remonter le pH.

Détail du calcul : 10 x 10% x 2250 x 0.28 = 630 VN

Pour redresser ce sol avec du Calcaire (le calcaire possède un VN de 54 pour 100kg), il faudrait 1160 kg Calcaire / ha pour atteindre la valeur neutralisante recherchée.

Remarque : Il est conseillé d’appliquer le chaulage au moins 6 mois avant la plantation, et d’éviter tout contact entre cet apport et l’apport organique.

 

Quels objectifs pour un apport organique ?

L’apport organique répond à trois objectifs :

  • Améliorer les propriétés physiques du sol (porosité, réserve en eau, structure…)
  • Faciliter les échanges en minéraux
  • Dynamiser la vie biologique

Ces apports en matières organiques se font sur l’appui d’une analyse de sol. Les amendements organiques se réfléchissent selon les critères de :

  • La teneur en matière sèche et organique, il faut privilégier les produits aux teneurs les plus élevées
  • L’humus, qui permet l’amélioration structurale du sol. Cet humus doit être d’origine végétale.
  • Le rapport C/N
    •    Inférieur à 10 : libération rapide d’azote et faible production d’humus
    • 10 ~ 20 : amendement à décomposition moyenne
    • Supérieur à 20 : l’azote est libéré progressivement, la décomposition de l’apport est lente
  • La teneur en éléments minéraux, le but de l’apport organique est de favoriser l’humus du sol. Il est préférable de favoriser un apport d’engrais qui répondra au besoin de la plante, l’apport organique ne concerne que le bon fonctionnement du sol.
  • La présence d’éléments polluants (ex : métaux lourds)

 Matière sèche dans la matière fraiche (%)Matière organique dans la matière sèche (%)Matière organique (kg/t de produit brut)Humus (kg/t)Rapport C/N
Tourbe858572367025-40
Ecorce609054045040-70
Vegethumus807660843010-15
Marc de raisin508040024015-22
Ecocimus458437823020-25
Déchets verts504221014010-15
Paille859479911080-100
Fumier20741488012-17
Sarments509748517090-95

Source : Guide de la fertilisation raisonnée

Afin que la décomposition de la matière organique puisse être correctement restituée au sol, il ne faut pas l’enfouir à plus de 30cm. Il a déjà été recensé des cas graves d’asphyxie racinaires de jeunes plantiers à la suite d’enfouissement de matière organique peu décomposée.

Et la fumure de fond ?

La fumure de fond représente un apport de correction en nutriments avant la plantation pour les sols pauvres. Cet apport se raisonne en fonction des besoins de la vigne, de son analyse de sol et de la teneur en minéraux de ses apports organiques. Toutefois, cet apport n’est donc pas forcément systématique quand le sol est assez riche. D’autre part, le labour profond est une opportunité pour apporter les éléments minéraux peu mobiles nécessaires à la vigne. 

Il est déconseillé d’apporter de l’azote à libération rapide avant plantation, sous peine de s’exposer à des excès de vigueur, facteurs de déséquilibres au détriment de l’implantation racinaire. Les apports de potassium et de magnésium se réfléchissent mutuellement pour éviter les blocages antagonistes entre ces éléments.

Share This