LE GROS MANSENG B

Le Gros Manseng est originaire du vignoble pyrénéen.

Quels sont les principaux éléments de description du Gros Manseng ?

L’identification fait appel :

  • aux jeunes feuilles de couleur verte ou jaune
  • au rameau avec des entre-noeuds de couleur verte
  • aux feuilles adultes orbiculaires, entières avec un sinus pétiolaire à bords légèrement chevauchants, des dents courtes à côtés convexes, une pigmentation anthocyanique des nervures nulle, un limbe involuté sur les boords, légèrement gaufré, et à la face inférieure, une densité faible à moyenne de poils couchés
  • aux baies qui sont de forme arrondie

Pour comprendre et approfondir les critères de description ampélographique visitez notre rubrique dédiée.

Quelle est sa phénologie ?

Epoque de débourrement : comme le Chasselas
Epoque de maturité : 3 ème époque, 4 semaines après le Chasselas

Quelles sont ses aptitudes culturales et agronomiques ?

Le Gros Manseng est vigoureux et assez fertile. Généralement conduit en taille longue, le Gros Manseng peut aussi être taillé court.

Quelle est sa sensibilité aux maladies et aux ravageurs ?

Le Gros Manseng est sensible à l’oïdium. La résistance à la pourriture grise est bonne et les raisins se conservent bien sur souche en vue de l’obtention de vins moelleux.

Quelles sont ses potentialités technologiques ?

Les grappes sont moyennes alors que les baies sont très petites. Ce cépage possède un bon potentiel d’accumulation de sucre tout en conservant une forte acidité. Il permet d’obtenir des vins secs ou moelleux d’un haut niveau qualitatif. Des travaux de thèse engagés par l’IFV Midi-Pyrénées ont permis de mieux connaître le potentiel aromatique de ce cépage, composé à la fois de notes truffées (DMS) et d’agrumes (thiols).

Quelles sont les sélections clonales disponibles ?

Les huits clones agréés de Gros Manseng portent les numéros 397, 439, 572, 634, 661, 662, 731 et 764. Plus de 200 clones ont été installés dans deux conservatoires, l’un dans les Pyrénées-Atlantiques (Jurançon) en 1996, l’autre dans le Gers en 1997. La Chambre d’Agriculture des Pyrénées-atlantiques a réalisé un essai pendant 6 ans sur l’étude du comportement et des performances de ces clones sur porte-greffe Gravesac. Le tableau ci-dessous résume les résultats obtenus :

ClonesPotentiel productifDegré potentielRemarques
397InférieurDifférences peu significatives entre les clonesTardif
439MoyenPlus précoce, poids des baies inférieurs et grappes plus lâches.
572Moyen
634Moyen
661SupérieurPort plus dressé
662Inférieur
731Supérieur
764MoyenClone encore peu diffusé

Share This