NOS RECHERCHES

Influence des facteurs environnementaux sur l’expression de la Botryosphaeriose : deux facteurs abiotiques étudiés conjointement, la température et le statut hydrique du sol

Selon les enquêtes menées dans le vignoble de l’Occitanie, l’expression des symptômes de la Botryosphaeriose (communément appelé Black dead arm) se traduisant par des tigrures de feuilles ou des défoliations de rameaux, commence à partir de la floraison et se termine autour de la véraison. Elle se déclenche lorsque les températures maximales atteignent au moins les 30°C. Leur intensité est corrélée positivement avec la pluviométrie, considérée comme un facteur aggravant et négativement avec un stress hydrique. Pour comprendre l’impact de ces températures chaudes qui déclenchent l’expression des symptômes sur la partie herbacée, il nous a semblé important d’étudier dans le programme GTDfree l’effet d’une augmentation brutale des températures sous différentes conditions hydriques sur les interactions hôte-pathogène (Botryosphaeriaceae).

Objectifs du projet

  • Identifier conjointement l’impact de deux facteurs abiotiques, i.e. la température et le statut hydrique du sol, sur les interactions hôte-pathogènes (Vigne/ Diplodia seriata et Neofusicoccum parvum)
  • Evaluer le comportement variétal face à ce système pluri-factoriel, par comparaison de deux cépages de sensibilité différente à l’égard de la Botryosphaeriose.

L’expérimentation a été menée sur des boutures en pleine croissance de Chardonnay (cépage considéré comme tolérant) et d’Ugni blanc (cépage sensible) inoculées avec les agents pathogènes liés à cette affection (Neofusicoccum parvum, Diplodia seriata). De telles plantes ont été exposées à un choc thermique au maximum pendant trois jours sous deux régimes hydriques en chambre de culture. Des mesures ont été réalisées tout le long de l’expérimentation au moyen d’outils complémentaires (marqueurs physiologiques, transcriptomique, métabolomique, microscopie).

Ce programme allie cinq partenaires : Université Reims Champagne –Ardenne (Reims), UMR Bioger (Versailles), UMR Agroécologie (Dijon), Technische Univesität Muenchen, VITEC (Tarragone). Il constitue le sujet d’une thèse encadrée par l’Université de Reims Champagne-Ardenne et co-encadrée par l’IFV.

 

Résultats attendus

  • Identifier les modifications physiologiques que subit la plante agressée ou non par les champignons associés à cette affection lors d’un choc thermique selon deux régimes hydriques
  • Caractériser le comportement variétal face à ce système pluri-factoriel

Le projet GTDfree (2016 – 2020) est financé par Hennessy & Jas et l’ANR chaire industrielle.

CONTACT

Philippe Larignon
philippe.larignon@vignevin.com

Share This